Monthly Archives: October 2014

SUR LA ROUTE DES SECTES 5

LE TRANSBASSAC La région située à droite du delta du Mékong mérite d’être brièvement signalée. Ha-tien «Le Génie du Fleuve», telle est la traduction du nom du petit port de Ha-tien, à quelques kilomètres seulement de la limite territoriale cambodgienne, situé dans le fond d’une anse où débouche le canal de Ha-tien qui, tout au long de son cours, forme ... Read More »

SUR LA ROUTE DES SECTES 4

Les Binh-xuyên Une autre secte, celle-là débarrassée de tout contenu religieux, a également pesé d’un poids non négligeable dans le Nam Bo : celle des Binh-xuyên. A ses débuts, ce n’était qu’une organisation de malfaiteurs, sévissant aux abords du village de Binh-xuyên, dans le delta. Faisant là loi dans l’agglomération saigonaise, son chef Bay Viên (alias Lê Vàn-Viên) sut se ... Read More »

SUR LA ROUTE DES SECTES 3

Chau-doc et les Hoa-hao Tây-Ninh n’est pas l’unique centre d’un bouddhisme «rénové» et tenté par le jeu de la dissidence politique. A quelques dizaines de kilomètres, au sud-ouest de la cathédrale cao-daïste, de l’autre côté des berges du Mékong, une autre ville, Chau-doc, s’est érigée éga¬lement en centre spirituel. Là, en 1919, naquit le bonze Fou (Dao Khung), fondateur d’une ... Read More »

SUR LA ROUTE DES SECTES 2

En 1935, le pape du caodaïsme se vit soudainement déchu de ses fonctions pour malversations et les sectes secondaires se disputèrent l’autorité exercée sur les dizaines de milliers d’adeptes. De nouveaux pontifes furent élus puis excommuniés, convaincus d’hérésie par leurs rivaux. Ce n’est qu’un an plus tard, après cette «crise religieuse», qu’un ex-hérétique, Pham Công-Tac, accéda au pontificat caodaïste. Il ... Read More »

SUR LA ROUTE DES SECTES

Cu-chi Situé à 35 km au nord-ouest du centre de Saigon, dans la direction de Tay-ninh, à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau vers l’ouest de la frontière cambodgienne (région du «bec de canard»), et sur les premières terrasses (à une cote entre 5 et 10 m d’altitude, à l’abri de l’inondation) qui amorcent, en direction du nord-est, la ... Read More »

De Saigon à Thanh-Pho Ho-Chi-Minh 8

Que visiter? Les principaux «monuments» de Cho-lon sont le marché central, l’église Sainte Jeanne d’Arc, à l’entrée de l’agglomération, des temples et des pagodes, en particulier des sanctuaires cantonais, de Phuoc-kien (reconstitué en 1900 lors de l’Exposition Universelle de Paris), le collège franco-chinois… Il est possible de visiter la pagode An-Quang, haut lieu de la résistance pacifiste des bonzes au ... Read More »

De Saigon à Thanh-Pho Ho-Chi-Minh 7

Cho-lon et la mile chinoise Cho-lon (Grand Marché) est l’inséparable jumelle de Saigon. Ce centre commercial a toujours constitué le «ventre de Saigon». L’agglomération est d’architecture neutre, terne, sans élégance. Les bâtiments, généralement bas, abritent pour l’essentiel des échoppes, des entrepôts, des bureaux, derrière lesquels s’entassent des familles de commerçants. C’est la ville chinoise, la «Chinatown» du Viêt-nam. L’essor de ... Read More »

De Saigon à Thanh-Pho Ho-Chi-Minh 6

L’avenir de Ho Chi-Minh-Ville L’agglomération Saigonaise (Cho-lon incluse), à la différence des autres cités vietnamiennes, est une conception essentiellement française, née d’un projet politique réalisé à la fois pour le déve¬loppement économique d’entreprises coloniales et pour le prestige de la grande puissance qu’était, à l’époque, la France. Délaissant le site de la citadelle de Gia-dinh, les administrateurs ont élevé la ... Read More »

De Saigon à Thanh-Pho Ho-Chi-Minh 5

La ville asiatique Des quelque 500 temples ou pagodes édifiés dans l’agglomé¬ration Saigon – Cho-lon, peu sont d’un véritable intérêt historique et artistique. Rappelons, en cette occasion, la différence entre le «temple» et la «pagode». Le premier est un bâtiment couvert, fait pour célébrer un culte animiste. Il est constmit pour être la résidence de l’esprit d’une divinité ou même ... Read More »

De Saigon à Thanh-Pho Ho-Chi-Minh 4

Que voir? Ville résolument moderne, Saigon possède peu de curiosités à offrir aux visiteurs. Les anciens quartiers traditionnellement habités par les Français, les Indiens ou les Khmers, ont été bouleversés ou transformés. Le climat politique des années 1960-70, le sous-déve¬loppement administratif et l’atmosphère générale de spéculation et de prévarication ont obligé la population de quartiers entiers à déménager vers la ... Read More »