De Saigon à Thanh-Pho Ho-Chi-Minh 8

Que visiter?
Les principaux «monuments» de Cho-lon sont le marché central, l’église Sainte Jeanne d’Arc, à l’entrée de l’agglomération, des temples et des pagodes, en particulier des sanctuaires cantonais, de Phuoc-kien (reconstitué en 1900 lors de l’Exposition Universelle de Paris), le collège franco-chinois…
Il est possible de visiter la pagode An-Quang, haut lieu de la résistance pacifiste des bonzes au milieu des années I960 et dont le leader, Thich Tri-Quang, exerça une influence non négligeable dans la recherche d’une solution négociée du conflit armé.
Les différents marchés constituent aussi des lieux de flânerie, pittoresques et intéressants car ils offrent au visiteur un panorama de la société marchande, de ses besoins et de sa pénurie cyclique. Notons, en particulier, le marché Binh Tay, le second de (agglo¬mération par sa surface et parce qu’il est surtout fréquenté par des grossistes. Toutefois, le marché central de Ben Thanh, inauguré en 1914, et constamment pavoisé de drapeaux et de slogans révolu¬tionnaires, mérite un détour. Ses 12 000 m2, divisés en zones où régnent poissons, légumes, fruits et échoppes de marchands de soupes (pho, mi…) et autres spécialités populaires sont comme un abrégé du Viêt-nam populaire.
A (ouest de Saigon, vers la frontière cambodgienne, s’étend une région où s’entrecroisent les influences culturelles khmères, chinoises et vietnamiennes sur fond de zone frontalière. Elle a vu se développer des phénomènes socio-religieux mystiques et marginaux (centres religieux syncrétiques, sectes à la limite du banditisme, etc…) qui lui confèrent une incontestable personnalité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*